ZOOM SUR LE XOLOITZCUINTLE OU CHIEN NU MEXICAIN

Cette semaine découvrez un chien à l’histoire aussi inédite que son apparence : le “Xoloitzcuintle” ou “Chien nu mexicain”.



Son histoire

 

Le “Xoloitzcuintle” ou “Xolo” pour les intimes, “chien nu mexicain” pour ceux qui ne le connaîtraient pas, est un chien aussi rare que singulier. Pas étonnant que son nom soit aussi imprononçable, ce chien nous vient d’une civilisation très lointaine !  Pour le comprendre il faut remonter plus de 800 ans en arrière, à plusieurs milliers de kilomètres de chez nous : dans l’Empire Aztèque, dans le plateau central du Mexique actuel.

 

Avant l’arrivée des conquistadores en 1519, ces chiens étaient considérés comme des divinités, comme l’étymologie de son nom en témoigne : “Xolotl” est le dieu aztèque des phénomènes doubles et du passage des défunts au monde de l’au-delà incarné sur terre à travers ce chien, le suffixe “Itzcuintli” signifie “chien” en “náhuatl”, la langue aztèque. 



Être assimilé au dieu Xolotl et être vénéré par le peuple aztèque était certes prestigieux mais avait aussi son lot d’inconvénients : en effet, ces chiens étaient sacrifiés et enterrés avec les morts car on pensait qu’il les accompagnait vers “le Mictlan”, le monde de l’au-delà. 

Aussi, bien qu’ils étaient élevés comme des chiens domestiques, ils étaient en parallèle engraissés pour être ensuite consommés à l’occasion de rites religieux exceptionnels.

 

La consommation de sa viande, auparavant sacrée, se retrouva commercialisée dans les marchés à l’arrivée des espagnols qui l’échangeaient contre du boeuf, ce qui menaça la pérennité de la race. 

 

Au XVIIème siècle, le Xolo fût encore mis à rude épreuve lorsque la couronne d’Espagne donna pour ordre d’empoisonner tous les chiens de cette race car ils incarnaient la perpétuation de rites païens alors que l’Espagne visait à convertir le pays au catholicisme. À cause de cette extermination en masse, les seuls Xoloitzcuintle qui survécurent furent ceux qui vivaient en périphérie des zones d’affluence. 

 

Ce n’est qu’en 1940 que la race fut sauvée de l’extinction par la “Canófilia Mexicana” ou Kennel Club Mexicain puis par d’autres associations comme celle de “Xalos Tarango” qui lancèrent des plans de reproduction afin de redensifier la population de ce chien si particulier. 

 

Aujourd’hui, alors que le Xoloitzcuintle allait sombrer dans l’oubli, englouti par la conquête espagnole avec la civilisation qui l’a érigé au rang de divinité, le Xoloitzcuintle est aujourd’hui un symbole d’un Mexique attaché à son glorieux passé pré-colonial qui inspirera notamment l’artiste Frida Khalo. 



Les particularités physiques du Xoloitzcuintle

 

 

Xolo

 

La Fédération Canine Mexicaine classe le Xoloitzcuintle par sa taille qui se subdivise en 3 catégories : miniature (moins de 35 cm), intermédiaire (entre 35 et 45 cm) et standard (entre 45 et 60 cm).

 

Il peut être entièrement chauve ou avoir seulement le sommet de la tête, la nuque et la queue orné(s) de poils. Cette absence de poils n’empêche pas ce chien d’avoir une température corporelle particulièrement élevée, ce qui lui vaut souvent de tirer la langue afin de se ventiler. D’ailleurs, à l’époque des Aztèques, les personnes malades se blottissaient contre eux en guise de bouillotte pour rester au chaud. 

Sa peau fine nécessite peu de soins à part une hydratation régulière. 

 

C’est un chien à la musculature robuste avec une tête de type lupoïde (ressemblant à celle d’un loup), avec de grands yeux en amande ainsi que de grandes oreilles triangulaires.

 

Sa robe va du noir au blond en passant par différents tons de gris, voire même par des couleurs se rapprochant du cuivre et du bronze. 

 

Caractère

 

Les rares propriétaires de Xoloitzcuintle soulignent le caractère enjoué et docile de leurs chiens qui savent aussi se montrer très calmes. Leur passé a forgé leur grande intelligence mais aussi leur méfiance envers les étrangers. Cette méfiance innée peut d’ailleurs nécessiter un travail de socialisation dans l’éducation du chiot.

 

Pour qui ?

 

Le Xoloitzcuintle est un chien très obéissant et facile à vivre s’adaptant très bien à la vie en extérieur comme à celle en appartement. 

 

Son côté primitif est à double tranchant car à la fois il sera très attaché à son maître et protecteur d’où ses compétences de chien de garde, mais il saura aussi avoir son petit caractère. Pour cela, les méthodes d’éducation devront être bienveillantes et sans injustice car cela pourrait déteindre sur la nature pourtant conciliante de cet animal. 

 

Si le maître est amené à s’absenter souvent, il faudra habituer le Xolo à la solitude, qui peut être mal vécue, grâce à une habituation positive.

 

En termes de cohabitation, il s’entend bien avec ses congénères canins mais il faudra l’habituer jeune à vivre avec d’autres animaux bien qu’il soit dépourvu d’instinct de chasseur. Si vous avez des enfants, votre Xolo s’entendra à merveille avec eux mais ces derniers devront faire preuve de respect et de douceur avec lui.

 

Pour ce qui est de la dépense physique, bien que ce ne soit pas un chien ayant des dépenses énergétiques considérables, une balade quotidienne reste un minimum et des activités stimulant à la fois sa force et son intellect lui feront le plus grand bien. 



Où le trouver ? Quel budget ? 

 

 Bien que le Xoloitzcuintle soit encore très peu répandu en France, vous pouvez le trouver dans de rares élevages professionnels à condition que ces derniers soient fiables et respectent les normes fixées par la Direction des Services Vétérinaires. Privilégiez des éleveurs passionnés plutôt que des personnes uniquement intéressées par le côté lucratif. Et surtout évitez à tout prix les animaleries ainsi que certains sites marchands.

En termes de prix, étant donné la très faible représentation de ce chien sur le sol français et la rareté des élevages, nous ne pouvons donner une fourchette de prix précise.

Pensez aussi que de nombreux chiens de race dont peut-être, ne sait-on jamais, des Xoloitzcuintle attendent actuellement d’être adoptés, donc n’hésitez pas à faire vos recherches dans des refuges. 

 

Partager