ZOOM SUR LE DOGUE TIBÉTAIN

Cette semaine, Spyke se penche sur le fascinant Dogue Tibétain, un nounours grandeur nature au caractère bien trempé, forgé par les rudes hivers de l’Himalaya.



Son histoire

 

Le “Dogue Tibétain” ou “Mastiff Tibétain”, aussi appelé “Do-khyi” signifiant “chien de porte” en tibétain, est une race si ancienne que l’on retrouve sa trace dans des écrits d’Aristote datant de 350 av J-C. Dans les récits de ses périples en Orient en 1271, Marco Polo décrit le Dogue Tibétain comme « grand comme un âne et à la voix aussi puissante que celle d’un lion ». On raconte qu’Alexandre le Grand se serait vu offert quelque-uns de ces colosses touffus. 

 

Mais comment explique-t-on la fascination autour de ce chien ? Tout d’abord son ancienneté : les premiers Dogues Tibétains ont plus de 3000 ans !

Tantôt berger des peuples nomades de l’Himalaya, tantôt gardien de monastères tibétains, le Dogue Tibétain en tant que chien de travail dans un cadre aussi épique et mystérieux que l'Himalaya reste gravé dans l’imaginaire collectif.

 

Il faut dire que le physique de cet animal a de quoi marquer les esprits : un géant tout en muscles à l’épaisse fourrure, qui pourrait rester indifférent devant un chien qui en impose tant ? Lord Hardinge, vice-roi des Indes, offrit un mâle à la Reine Victoria en 1847, marquant l’arrivée de cette race inédite sur le sol européen qui fût suivie par l’acquisition de deux de ces chiens par Edouard VII à la fin du XIXème siècle. En 1878, est enregistrée la première portée de Dogues Tibétains en Europe.

 

En Chine, le “Dogue Tibétain” fait l’objet de nombreuses convoitises au point qu’un de ces chiens at été vendu l'équivalent d’un million et demi de dollars, faisant de lui le chien le plus cher au monde. 

 

De nombreux cynophiles considèrent le Dogue Tibétain comme l’ancêtre commun de tous  les molosses et chiens de montagne car il aurait servi les légions romaines au cours de leurs conquêtes à travers l’Eurasie.



Les particularités physiques du Dogue Tibétain

 

 

 2 Tibetan Mastiff

 

La première chose qui frappe en regardant un Dogue Tibétain est sa carrure impressionnante, qui plus est, ornée par d’épaisse fourrure et d’une crinière lui permettant d’affronter le froid glacial des montagnes. 

 

Le sujet le plus lourd jamais enregistré pesait 127 kg mais en général leur poids ne dépasse jamais les 80 kg et la hauteur au garrot est comprise entre 61 et 66 cm. 

 

C’est un chien qui dégage une impression de force avec une musculature et une ossature très denses et arborant une poitrine haute par rapport à la croupe, comme s’il bombait du torse. 

 

Sa tête est massive et lourde avec un museau large au bout carré au stop bien prononcé de type mâtin. Ses yeux marrons sont écartés et de forme ovale parfois masqués par sa fourrure fournie.

 

Au niveau des robes, les standards sont le noir et feu, feu ou noir uni ou bleu voire zibeline. En Chine, certains spécimens sont blancs. 

 

Autre spécificité propre à la race, demeure son aboiement puissant et dissuasif, assimilé au rugissement d’un lion, qui demeure d’ailleurs un critère recherché.



Caractère

 

Son passé de berger et de chien de garde a forgé le caractère têtu et indépendant du Dogue Tibétain. Ses ancêtres n’ayant pas été sélectionnés pour faire des démonstrations de tendresse à leurs maîtres, il faut comprendre la personnalité distante de cet animal.

 

Cela n’empêche pas qu’il pourrait donner sa vie pour protéger ses maîtres et que c’est un chien extrêmement fidèle et protecteur.

 

Le Dogue Tibétain est une force tranquille qui sortira de sa torpeur s’il est dérangé par un élément extérieur et saura agir avec vivacité.

 

Son tempérament de feu pourra être adoucie par une éducation ferme et juste sans jamais montrer d’agressivité : face à ce colosse, tout rapport de force se retournerait en votre défaveur . Il faudra le faire socialiser vite avec le monde extérieur afin d’atténuer sa méfiance envers les étrangers.



Pour qui ?

 

Étant donné sa taille et ses besoins en termes de dépenses énergétiques, c’est un chien qui aura besoin d’un grand espace ouvert et de longues promenades. Il ne pourra s’épanouir en appartement. 

 

Dans un pavillon avec jardin, il se fera un plaisir de s’adonner à son activité de prédilection : la garde. Pour cela, il est capable de demeurer des heures à un endroit stratégique afin de guetter le moindre intrus. Si ses puissants aboiements ne suffisent pas à éloigner cet intrus, il n'hésitera pas à mordre.

 

Seuls des personnes expérimentés avec les chiens pourront être sûres de bien éduquer un Dogue Tibétain, du fait de sa forte imprévisibilité, il est fortement déconseillé aux novices. De même, il faudra éviter le contact avec les jeunes enfants et les personnes âgées vulnérables face à la puissance de ce chien.

 

Au niveau de la cohabitation avec les autres animaux, il faudra l’habituer jeune afin d’éviter toute hostilité envers eux. S’il grandit avec eux, il les protégera comme s’il s’agissait de sa propre famille.

 

Où le trouver ? Quel budget ? 



Bien que le Dogue Tibétain soit encore très peu répandu en France, vous pouvez le trouver dans de rares élevages professionnels à condition que ces derniers soient fiables et respectent les normes fixées par la Direction des Services Vétérinaires. Privilégiez des éleveurs passionnés plutôt que des personnes uniquement intéressées par le côté lucratif. Et surtout évitez à tout prix les animaleries ainsi que certains sites marchands.

En termes de prix, étant donné la très faible représentation de ce chien sur le sol français et la rareté des élevages, nous ne pouvons donner une fourchette de prix précise, comptez entre 1300 et 25000€ pour les chiens de belle lignée. 

Pensez aussi que de nombreux chiens de race dont peut-être, ne sait-on jamais, des Dogue Tibétain attendent actuellement d’être adoptés, donc n’hésitez pas à faire vos recherches dans des refuges.

 

Partager