CE REGARD « COUPABLE » QUE VOTRE CHIEN VOUS LANCE N’EST ENFAITE PAS DE LA CULPABILITÉ MAIS DE LA PEUR.

Tous les propriétaires de chiens connaissent ce regard de chien battu que votre compagnon affiche après qu’il ait fait une bêtise et que vous le grondez.
Peut être qu’il a fait caca dans la maison, peut être qu’il a mâchouillé vos pantoufles préférées ou le tapis des escaliers ?
Vous savez qu’il a fait quelque chose qu’il n’aurait pas du faire et il le sait aussi. Puisque vous êtes un être humain, vous voyez ce regard et l’assimilez à une émotion commune de notre espèce qui est la culpabilité.

 
Toute la suite logique des évènements est claire : votre chien était seul à la maison, il a fait une bêtise (ce qu’ils savent faire de mieux). A votre retour vous le grondez et sa tête veut tout dire. Vous lui avez surement dit des choses tel que « Non ! Méchant chien ! » ou « Ce n’est pas bien ! Privé de nonos ! » ou d’autres variations similaires. La vérité est que, malgré votre résumé logique de la situation, votre chien ne ressent pas de la culpabilité ; il exprime une émotion bien plus commune est moins complexe : la peur.

 
Ne vous fiez pas seulement à mes paroles, cette assertion est basée sur une étude menée en 2009 par le Docteur Alexandra Horowitz, une scientifique de cognition des chiens, qui est l’auteur de « Inside of a Dog : What Dogs see, Smell, and Know » que je traduirai par : « A l’intérieur d’un chien: Qu’est ce qu’il voit, sent et sait ». L’étude du Dr. Horowitz se focalise principalement sur le concept de comment les humains interprètent les émotions des chiens par le biais des émotions humaines. Pour faire plus simple, les gens tendent à attribuer certaines émotions aux chiens de façon erronée en se basant sur des émotions humaines. Ainsi le « regard coupable » est l’exemple principal de cette étude.

 
En regardant mon chien quand il me jette ce regard de chien battu, je ressens sa culpabilité. Tout le monde l’interprète comme ça et ce n’est la faute de personne, mais quand vous prêtez plus attention aux détails de cette attitude comme les oreilles jetées en arrière contre sa tête, des bâillements, des genres de lèches dans le vide, ce sont les signes caractéristiques de la peur chez les chiens que nous avons tendance à interpréter faussement comme étant de la culpabilité. Les résultats de l’étude montrent qu’un chien au « regard coupable » que vous pensez lire est enfaite une peur d’être réprimandé (basé sur certains signaux que vous leur indiquez au ton de votre voix) et non pas de la culpabilité (reconnaissance d’une faute).

 

 
Donc les chiens expérimentent t-ils de la culpabilité ? Peut être que oui, peut être que non… Il semble peu probable qu’ils aient la même façon de penser que la notre dû à leur importante différence de cerveau mais de façon générale, le cerveau des chiens est beaucoup plus semblable au notre que dissemblable.

Partager